Guillaume Mansard

 

Printemps de Septembre

 

Catalogue d’exposition, 2007

 

 

Sophie Dubosc active des formes ou des matériaux marqués par le temps. Elle patine ainsi ces sculptures d’un authentique vernis de réalité touchant directement à la mémoire et aux sentiments. Qu’elles soient prises dans le béton, dans le plâtre, noyées sous l’huile de vidange ou sous l’encre de Chine, ses pièces prisonnières semblent crier leur désir d’évasion. L’assemblage de formes ou de textures crée une atmosphère stagnante qui estompe les contours d’une approche didactique pour exhorter une compréhension intuitive des formes. Car si ces œuvres s’en réfèrent à l’expérience intime de l’artiste ou à des événements précis de l’Histoire, elles convoquent néanmoins une parole collective qui résonne en chacun. L’art de Sophie Dubosc prend résolument le parti du souvenir pour dresser le décor d’une délicate poétique.

 

Sophie Dubosc activates forms and materials that are marked by time. She thus gives a patina to these sculptures with an authentic varnish of reality, directly affecting memory and feelings. Whether they are captured in concrete or plaster, or awash in sump oil, or Indian ink, her prisoner-like pieces seem to shout their desire to escape. The assemblage of forms and textures creates a stagnant atmosphere which blurs the outlines of a didactic approach, to urge an intuitive understanding of forms. Because while these works refer to the artist’s private experience, and to precise going-ons in History, they nevertheless summon up a collective word which reverberates in each one of us. Sophie Dubosc’s art is definitely on the side of memory as it sets up the backdrop for a delicate poetic.

 

 

 

<<     >>